RSS
RSS



 

Partagez | 
 

 [LIBRE] Brand New World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Spritz me better
◊ Messages : 244
◊ Avatar : Ian Somerhalder
◊ Solde : 387
◊ Âge : 39 balais
◊ Métier, études : Agent Spécial du FBI
◊ Logement : 224. Villa Royale
◊ A savoir : toujours la clope au bec, il fume, enchaînant sans cesse. ◊ sa principale addiction n’est cependant pas la nicotine mais bien la caféine… Les tasses se succèdent sans arrêt dans un ballet sucré presque à l’excès. ◊ il n'a eu aucune relation sérieuse depuis sa séparation. Il ne cherche pas activement et se contente de simples soirées arrosées et mouvementées. ◊ c'est un pied lorsqu'il s'agit de cuisiner et c'est sa spécialité et d'ailleurs de tout laisser brûler pendant qu'il est affalé devant la télé. ◊ profondément gaga devant les chats il a toujours désiré en avoir un avant de se résigner à laisser tomber, métier prenant oblige.
◊ Rencontres : Libre 1Libre 2KarolisAchilleCalypso


MessageSujet: [LIBRE] Brand New World   Jeu 7 Sep - 22:54

Le bateau s’approche lentement de la côte et il peut déjà la contempler, cette étendue de sable fin et doré. Elle miroite presque autant que les vagues sous le soleil et, l’espace d’un instant, il croit à un mirage. De grandes habitations parfois enfoncées dans ce qui s’apparente à une forêt de pins et de tout un tas d’autres arbres qu’il ne saurait nommer. D’imposants bâtiments qui ne manquent pas de charme malgré leur apparente modernité. Voilà dans quoi il a mis les pieds.
Dean l’avait déjà imaginé son arrivée. Un petit carré de terre entouré par la mer avec seulement le nécessaire pour une vie misérable. Depuis quand les PUBs reflètent-elles la réalité ? Ici, tout semble calme et épuré, plongé dans une tranquillité rêvée. Où est le piège, l’envers du décor ? Peut-être bien ces fameux services alors…

Il remet ses lunettes de soleil sur son nez tandis que ses mains empoignent fermement la barre, le regard rivé sur cette île que tout le monde nomme MANAOLANA. Bien entendu il a fait ses petites recherches dessus avant d’accepter de monter à bord. Selon Google Traduction il s’agirait d’un mot tiré de l’Hawaïen – si la première suggestion est bien la bonne. Espoir que ça dirait. Peut-être que pour quelques voyageurs il s’agit en effet d’un espoir mais… pour le groupe hôtelier qui va les loger. Quel est ce fameux espoir ? Bah, il suppose qu’il n’en saura rien. Tout du moins pas avant d’avoir à leur rendre ce qu’ils leur ont donné. Une île magnifique il est vrai.
L’embarcation ralentie et il se tourne légèrement pour regarder la foule de gens qui se pressent à ses côtés. Tous dévisagent ce petit coin de Paradis, les yeux parfois émerveillés, parfois bourrés de questions qui sont sans réponse. Chacun est venu ici dans un but précis, poussé par quelque chose qui lui est propre. Pour lui c’est l’alcool et cet homme qui l’a trahi. Détruit. C’est dur de se relever après ça, dur d’oublier surtout.
Ses doigts se crispent sur la barre et ses jointures blanchissent avant qu’il ne se décide à reculer pour attraper le grand sac noir à ses pieds. Il est venu pour ne plus y penser, pas pour imaginer ce qu’il aurait pu empêcher s’il avait été un meilleur flic. Avec un meilleur instinct que le sien. Lui qui se targuait d’être le premier qu’on désignerait lorsque le Chef partirait…

Les amarres sont lancées et il regarde la petite troupe de marins s’affairer à immobiliser le bateau. Durant le trajet il a bien essayé de les interroger mais tous étaient muets ou complètement ignorant de ce qui se passerait sur l’île. Le premier voyage qu’un lui a dit. Ils sont les premiers « clients » à y débarquer et donc à s’approprier les lieux. Une chose qu’il apprécie en un sens. Au moins rien ne devrait être dégradé dans les logements.
Ses pas se dirigent vers le ponton de bois et il pose un pied puis deux sur les planches, savourant un instant la sensation de la terre ferme. Pas qu’il ait le mal de mer mais on est quand même mieux dans son élément… Il fait doucement craquer sa nuque et balance son bagage sur son épaule, admirant quelques instants l’eau scintillante. Qui sait, peut-être bien que cet endroit lui plaît finalement.
« J’suppose que la réception est au bout ? » demande-t-il à la personne qui le précède. « Je sais pas pourquoi je ne m’attendais pas du tout à ça… Trop parfait, pas vrai ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t86-dean-sumners-spritz http://beachplease.forumactif.com/t102-dean-sumners-lonewolf http://beachplease.forumactif.com http://beachplease.forumactif.com/t98-dean-sumners-deansumners#291
avatar

Beach we're here
◊ Messages : 362
◊ Avatar : lauren jauregui
◊ Solde : 514
◊ Âge : vingt cinq ans
◊ Métier, études : ancienne starlette de télé-réalité, chanteuse ratée, militante vegan, influenceuse
◊ Logement : pavillon 201 avec louka et orion
◊ A savoir :
Spoiler:
 

◊ Rencontres : 01. dean 02. orion 03. caesar 04. haze


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Ven 8 Sep - 3:17

Le vent fouette ses cheveux, la mer est calme, un second ciel à perte de vue. Comme dans la pub. Sous son chapeau de paille et ses grandes lunettes de soleil style années cinquante, Adri grimace. Oh, les pubs et l'envers du décor.. elle les connait bien; elle est si familière avec ce monde là. D'un côté, elle est impatiente, excitée même, à l'idée de découvrir son nouveau chez elle. Sa curiosité, comme une soif intarissable, comme un poison, grandit peu à peu, la forçant à tendre toujours plus sa nuque pour tenter de percer les mystères que promettent les flots. Mais de l'autre, l'anxiété, la sensation d'enfermement, d'un piège qui se renferme sous des allures séduisantes. Elle secoue la tête, et se replonge dans son livre. Les cerfs volants de Kaboul. Grace le lui avait conseillé avant de la jeter dehors, et bien qu'Adrianna ne fut pas une passionnée de lecture, elle s'était lancée dans le bouquin dès que le bateau avait largué les amarres. Bien qu'elle préférât les supports imagés ou numériques, plus stimulants, et surtout, bien plus pratiques, elle prenait un réel plaisir à lire. En faisait cela, elle avait impression de passer un peu de temps avec son ancienne petite amie. Le froissement des pages sous ses doigts, là même ou Grâce avait posé les siens, un air concentré et passionné sur le visage.. c'était pas grand chose, même pas un souvenir, mais c'était mieux que rien.

Au bout de trente minutes de lecture, Adri décida qu'elle n'aimait pas le personnage principal. Un exemple même d'égoïsme et de lâcheté, les pires tares que seuls les hommes peuvent réunir en un seul corps. Si son amie lui avait dit que le roman était une oeuvre d'introspection, centrée sur la place du regret et de la honte dans les souvenirs, Adrianna ne pouvait s'empêcher de juger durement les actions d'un enfant de dix ans. Distraite, elle jeta un regard vers le rivage, là où s'étendait à perte de vue une belle plage dorée. Déjà arrivés ? Elle n'aurait pas su calculer leur temps de trajet. De loin, l'île semblait mêler nature sauvage et station balnéaire. Un mélange bien étrange. Qui a assez de fric pour acheter une île déserte et y faire apparaître une ville auto suffisante ? L'endroit semblait paradisiaque, à la manière d'un club med à bora bora. Elle se désintéressa du paysage -
elle aurait le reste de sa vie pour s'en délecter - et se concentra sur ses compagnons de voyage. Lesquels avaient connu un tel luxe auparavant ?
Avaient-ils seulement espéré un jour, pouvoir contempler un tel spectacle ailleurs qu'à la télévision ? Combien échappaient à une vie médiocre,
voire une vie de misère ? Voici les personnes avec qui elle partageait la première minute du premier jour du reste de sa vie, ainsi que ceux qui lui restaient. La seule pensée lui donnait l'impression de regarder le vide depuis la plus haute montagne qui puisse exister.

Finalement, ils peuvent débarquer. Adri sauta sur le ponton, histoire de se dégourdir les jambes, qui étaient parcourues de petits tressautements. L'homme qui la devançait fit craquer sa nuque. Beurk. Soudain, il se retourne. Adri, malgré son manque total d'attraction pour les hommes, était assez objective pour dire qu'il s'agissait d'un éphèbe. Il devait plaire à énormément de femmes. Sans doute un homme seul; s'il avait été accompagné, il aurait probablement une beauté à son bras; s'il avait eu des gosses, il aurait porté leurs valises. J’suppose que la réception est au bout ? Je sais pas pourquoi je ne m’attendais pas du tout à ça… Trop parfait, pas vrai ? Ce n'est jamais trop parfait, mon beau, avait-elle envie de lui répondre. En effet, la réception devrait être au bout.. elle se tut, pensant à ce qu'il lui avait dit, et leva un sourcil. Tant mieux si cela vous plait, répliqua t-elle avec un rictus, après tout nous sommes là pour un bon moment. Vaut mieux que la vue soit au moins sympa quand on se lèvera le matin. La première personne qu'elle rencontrait sur cette île.. autant prendre son nom. Elle lui tendit une main petite et manucurée, mais ferme. Adrianna Galvez. Enchantée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t115-adrianna-galvez-sex-on-the-beach http://beachplease.forumactif.com/t135-adri-autre-espece http://beachplease.forumactif.com/t134-adrianna-galvez-1-945-765-3821 http://beachplease.forumactif.com/t136-adrianna-galvez-adrigalvez
avatar

Spritz me better
◊ Messages : 244
◊ Avatar : Ian Somerhalder
◊ Solde : 387
◊ Âge : 39 balais
◊ Métier, études : Agent Spécial du FBI
◊ Logement : 224. Villa Royale
◊ A savoir : toujours la clope au bec, il fume, enchaînant sans cesse. ◊ sa principale addiction n’est cependant pas la nicotine mais bien la caféine… Les tasses se succèdent sans arrêt dans un ballet sucré presque à l’excès. ◊ il n'a eu aucune relation sérieuse depuis sa séparation. Il ne cherche pas activement et se contente de simples soirées arrosées et mouvementées. ◊ c'est un pied lorsqu'il s'agit de cuisiner et c'est sa spécialité et d'ailleurs de tout laisser brûler pendant qu'il est affalé devant la télé. ◊ profondément gaga devant les chats il a toujours désiré en avoir un avant de se résigner à laisser tomber, métier prenant oblige.
◊ Rencontres : Libre 1Libre 2KarolisAchilleCalypso


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Dim 10 Sep - 13:50

Il tourne la tête et dévisage la jeune femme qui lui fait face. Elle semble jeune, bien plus qu’il ne l’est et, un instant, il se demande pourquoi elle a choisi de venir ici, elle qui a encore toute la vie devant elle. Il se retient d’hausser les épaules. Pour avoir exercé un métier comme le sien, on apprend rapidement qu’il n’y a pas d’âge pour avoir vécu le drame, l’inimaginable.
Dean en a vu des gamins fauchés par la vie, détruit avant même d’avoir pu grandir. Il a vu ce qu’un mauvais environnement pouvait causer comme dégâts chez ceux aussi facilement influençable, malléable. Parfois, ça lui trotte dans la tête et l’empêche de trouver le sommeil. Il est comme ça sous ses grands airs, plus sensible qu’il n’y paraît. Sûrement pour ça que le départ d’Achille l’a poussé à s’éloigner de ce passé bien trop omniprésent. Un passé qui l’empêche d’avancer.
« En effet, la réception devrait être au bout… »
Il étire un léger sourire et récupère son sac en avisant le bâtiment qui les attend. Le bout de ce long tunnel emplit de mystères. Un endroit où il espère avoir quelques explications et donc enfin des réponses à ses nombreuses questions. Il n’y peut rien, s’interroger fait partie de son métier et il se dit que, en cas de soucis, il pourra toujours essayer de faire croire au FBI qu’il est venu ici pour enquêter. Mensonge, mensonge.
« Tant mieux si cela vous plaît, après tout nous sommes là pour un bon moment. Vaut mieux que la vue soit au moins sympa quand on se lèvera le matin. »

A ces mots il s’autorise un petit rire narquois et secoue la tête. Il n’était pas totalement sûr que cela lui plaise. Les apparences sont souvent trompeuses dit-on et, il a déjà eu l’occasion de vérifier ce dicton. Si les services demandés vont à l’encontre de ses convictions et de sa moralité alors il lui reste toujours son arme de service planquée entre ses caleçons.
« Adrianna Galvez. Enchantée. »
Elle tend sa main vers lui et il ne peut s’empêcher de remarquer qu’elle en prend véritablement soin. Ses doigts viennent enserrer sa paume et il la secoue légèrement, courtois. Superficielle ? Peut-être même si sa précédente réflexion le dissuade d’approuver cette hypothèse. Il devrait éviter de commencer à analyser ses compagnons de voyage. Ça tourne toujours mal.
« Dean Sumners, de même. »
Il la lâche et fait quelques pas en laissant une foule se diriger vers la réception, récitent à se jeter le premier dans la gueule du loup. Stupide mais pas fou, il attend de voir leur réaction.
« Je viens de New York, c’est vrai que ça change. Dans le bon sens je pense. » ajoute-t-il en tentant d’alimenter la conversation. « Tu n’as pas l’air de venir de la cambrousse alors c’est quoi, toi, ton coin ? »
Il la regarde avant de se décider à avancer sans la distancer. Au final ça le détend légèrement de parler à quelqu’un. Il n’est pas seul ici et ce n’est pas comme si on pouvait réellement enfermer autant de monde sans espérer une révolte si les choses n’étaient pas comme ils les avaient imaginées.
« Je dirai Vegas même si t’as un petit côté de Miami. » tenta-t-il de deviner.
Elle a l’air d’une joueuse, d’une fille qui n’a pas froid aux yeux. Sûrement la raison de sa venue ici d’ailleurs : une fille qui souhaite perpétuellement s’amuser sans bosser. Cette idée lui va plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t86-dean-sumners-spritz http://beachplease.forumactif.com/t102-dean-sumners-lonewolf http://beachplease.forumactif.com http://beachplease.forumactif.com/t98-dean-sumners-deansumners#291
avatar

Beach we're here
◊ Messages : 362
◊ Avatar : lauren jauregui
◊ Solde : 514
◊ Âge : vingt cinq ans
◊ Métier, études : ancienne starlette de télé-réalité, chanteuse ratée, militante vegan, influenceuse
◊ Logement : pavillon 201 avec louka et orion
◊ A savoir :
Spoiler:
 

◊ Rencontres : 01. dean 02. orion 03. caesar 04. haze


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Jeu 14 Sep - 22:28

A peine débarquée, et voilà qu'elle se demandait si elle avait fait le bon choix. Aurait-elle du y réfléchir à deux fois, avant d'aller se réfugier sur île luxuriante ? Ce décor apaisant serait il suffisant pour qu'elle panse ses blessures en toute discrétion ? Pourrait elle échapper à la déception de ses parents, à sa propre solitude, au mépris de la femme qu'elle aimait ? Long sera le voyage de celui qui se repentit. Elle avait supplié, deux heures avant l'aube, errante dans les rues, pour un nouveau départ, pour un quoi que ce soit, qui l'emporterait loin d'ici, loin de ses échecs, de ses erreurs, qui étaient aussi violentes qu'un bouquet grenat et indigo jeté sur une toile vierge. Elle ne voyait plus que ça, et ne pouvait détourner le regard de ce qu'elle raté - elle jugeait si durement ce qu'elle voyait sur son chemin-, et ne pouvait ni se pardonner, si se trouver des excuses. Elle avait voulu s'enfuir, lâchement, ne plus affronter ce vide qui grandissait s'ouvrait en elle comme un canyon dont on ne pouvait remonter vivant, là où reposait tranquillement ce qu'elle ne voulait pas encore admettre et assumer. Et un être bienveillant, perché quelque part, l'avait prise en pitié, et le hasard avait fait en sorte qu'elle ramasse ce formulaire que quelqu'un avait négligemment jeté à côté de la poubelle. Peut-être aurait elle du se battre pour qu'on la regarde enfin d'un oeil bienveillant et nouveau, peut-être aurait elle du ramper pour que Grace accepte au moins de la regarder, accepte de lui parler, ne relâche ses passions et ses ardeurs qu'elle retenait sans le savoir en otage, peut-être aurait elle du rentrer, la queue entre les jambes, chez sa mère. Mais tout cela demandait du courage, un courage qu'elle n'avait pas. Alors,
quand elle regardait la mer lisse, elle se disait qu'elle était là pour le luxe à portée de main, un repos sans fin, des cocktails à gogo, mais au fond, elle savait, elle savait pourquoi elle était là. Un refuge,
un havre où elle pourrait se protéger de sa propre lâcheté. Et ça serait bien mieux ainsi.

Sentant le regard inquisiteur de son interlocuteur, la brune se demanda s'il pouvait lire en elle où s'il se contentait d'admirer la lascivité de sa silhouette sous le soleil brûlant. Ce qu'elle reflétait, ce que les autres pensaient d'elle, elle le devinait sur le visage ciselé du trentenaire. Il voyait ce qu'elle voulait qu'il voie; c'était déjà une première réussite. Le dit Dean Summers, donc - on aurait dit un pseudonyme-, lui rendit sa poignée de main, doucement, comme s'il avait peur de lui briser les doigts. Il avait une paume calleuse, abîmée par une vie de travail manuel, sans doute. Peut-être que c'est un surfeur, en fait. Sa nouvelle rencontre faisait propre sur elle, mais quelque chose lui disait que tout n'était pas aussi blanc à propos de Dean. Méfiant, visiblement, remarqua t-elle quand il laissa passer un groupe de quarantenaires très excités. Adrianna devait avouer qu'elle avait bien envie de rester sur le ponton quelques instants de plus. Entrer dans le bâtiment, ça voulait dire rendre les choses officielles. Là, bercée par le bruit des vagues et à peine effleurée par la brise, elle aurait pu croire que tout cela n'était qu'un rêve. Si j'pouvais, j'resterais ici pour toujours.

Alors, il était de New York. Pour plusieurs raisons, Adrianna n'avait pas cette ville. Son interlocuteur semblait s'amuser à deviner d'où elle pouvait bien venir. Vegas ? Miami ? Adrianna ne put s'empêcher de rire. Cet homme, bien qu'apparemment banal, était agréable, et cette conversation la relaxait avant le grand saut dans l'inconnu. Raté. Los Angeles. Mais bon, j'ai pas mal bourlingué. J'ai perdu tout mon argent à Vegas, d'ailleurs. La jeune femme ne put s'empêcher de sourire. Aujourd'hui, ce souvenir était source d'amusement, mais sur le coup, Grace l'avait houspillée comme si elle était une jeune enfant. Bon, pas trop angoissé ? Tu t'installes seul ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t115-adrianna-galvez-sex-on-the-beach http://beachplease.forumactif.com/t135-adri-autre-espece http://beachplease.forumactif.com/t134-adrianna-galvez-1-945-765-3821 http://beachplease.forumactif.com/t136-adrianna-galvez-adrigalvez
avatar

Spritz me better
◊ Messages : 244
◊ Avatar : Ian Somerhalder
◊ Solde : 387
◊ Âge : 39 balais
◊ Métier, études : Agent Spécial du FBI
◊ Logement : 224. Villa Royale
◊ A savoir : toujours la clope au bec, il fume, enchaînant sans cesse. ◊ sa principale addiction n’est cependant pas la nicotine mais bien la caféine… Les tasses se succèdent sans arrêt dans un ballet sucré presque à l’excès. ◊ il n'a eu aucune relation sérieuse depuis sa séparation. Il ne cherche pas activement et se contente de simples soirées arrosées et mouvementées. ◊ c'est un pied lorsqu'il s'agit de cuisiner et c'est sa spécialité et d'ailleurs de tout laisser brûler pendant qu'il est affalé devant la télé. ◊ profondément gaga devant les chats il a toujours désiré en avoir un avant de se résigner à laisser tomber, métier prenant oblige.
◊ Rencontres : Libre 1Libre 2KarolisAchilleCalypso


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Mar 26 Sep - 12:06

Les silhouettes disparaissent au sein du bâtiment et il plisse les yeux en tentant d’apercevoir ce qu’il peut bien s’y passer. Des individus qu’il suppose être des membres du personnel s’approchent des premiers arrivés et les saluent avec de grands sourires. Il les fixe, restant tendu. Ils ont l’air sympathiques. Normaux. Presque banals. Plus que l’aventure qu’il a eu la bonne idée d’entamer en tout cas.
Il avise les clés tendues aux arrivants et tente de voir ce qui se trouve derrière cette supposée réception. Où vont-ils loger ? Dans un taudis, des bungalows dignes d’un camping où ils seront forcés de rester pour le reste de leur vie ? La brochure promettait un petit paradis mais tout le monde sait que les publicités sont mensongères et souvent bien loin du réel.
Il soupire en triturant presque nerveusement la lanière de son épais sac de voyage. Au fond, il sait ce qui s’y trouve. Son arme de service. Empruntée au FBI pour une durée qu’il suppose indéterminée. A juste titre. Il ignore si le Bureau tentera de le retrouver ou le considèrera comme un simple disparu avant de l’oublier. Lui et son superbe dossier qu’il avait mis tant de mal à dorer.
Quand il y repense, c’est dur. De faire une croix sur ce qu’il était, tout ce qu’il avait fait et tout ce dont il rêvait. L’être humain est ainsi. Il aime tirer des plans sur la comète, vivre pleinement sa vie en tentant d’atteindre toujours plus ce qu’il espérait. Un gosse avec le regard plein d’étoiles. Un gosse qui imagine qu’il peut les toucher du bout du doigt ne serait-ce qu’une fois. « Quand on veut on peut » qu’on leur répète sans cesse. Et lui, il venait de foutre tout ça en l’air. Tout ce en quoi il avait pris l’habitude de croire. Peut-être est-ce pour le mieux…

Il ferme les yeux quelques instants et chasse ses idées noires en tentant de se concentrer sur l’instant présent. La brise est chaude, presque apaisante. L’air marin titille ses narines et il resterait volontiers sans bouger. Ainsi, il a presque l’impression d’avoir encore le choix. La possibilité de tourner les talons en criant qu’il s’est seulement embarqué là-dedans parce qu’il était seul et bourré. Perdu dans l’illusion qu’Achille représentait.
Il sait qu’il ne peut pas mais, c’est beau d’espérer. Dean tourne son regard dans celui d’Adrianna qui elle aussi ne semble pas décider à avancer. Pourtant il le faut et il laisse ses jambes le conduire devant les portes de la réception.
« Raté. Los Angeles. Mais bon, j’ai pas mal bourlingué. J’ai perdu tout mon argent à Vegas, d’ailleurs. »
Il hausse un sourcil amusé et penche la tête en se rappelant l’odeur de cette ville. Ça puait le vice et l’oisiveté et s’il n’avait pas été aussi pressé de gravir les échelons sans entacher sa réputation, peut-être qu’il en aurait réellement profité.
« Je vois… » lâche-t-il. « J’y ai déjà été pour un enterrement de vie de garçon. Sympa mais carrément bruyant, pas vrai ? Quoique… ça ne m’étonne pas… que tu puisses apprécier ce genre d’endroits… »
Il ne juge pas, il énonce simplement ce qui lui passe par la tête. Ce n’est pas parce qu’il exerce ce genre de métier qu’il est un coincé obsédé par l’autorité, ça non. Dean fait des conneries lui aussi. Parfois même en service. Sauf que les résultats sont là, n’en déplaise à la haute sphère.
Il salue poliment la jeune femme qui lui tend une urne et il y pioche un papier sans trop bien comprendre ce qui lui est demandé. Villa royale qu’il y est marqué… ça sonne vraiment bien et il sourit en le tendant à Adrianna.
« T’en dis quoi ? On dirait que j’ai pas mal de chance finalement… A ton tour donc ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t86-dean-sumners-spritz http://beachplease.forumactif.com/t102-dean-sumners-lonewolf http://beachplease.forumactif.com http://beachplease.forumactif.com/t98-dean-sumners-deansumners#291
avatar

Beach we're here
◊ Messages : 362
◊ Avatar : lauren jauregui
◊ Solde : 514
◊ Âge : vingt cinq ans
◊ Métier, études : ancienne starlette de télé-réalité, chanteuse ratée, militante vegan, influenceuse
◊ Logement : pavillon 201 avec louka et orion
◊ A savoir :
Spoiler:
 

◊ Rencontres : 01. dean 02. orion 03. caesar 04. haze


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Sam 30 Sep - 19:40

Le regard de sa nouvelle rencontre plane sur les silhouettes souriantes, presque robotiques, aux dents blanches plus brillantes que le soleil de plomb. Dean Sumners lui rappelle un oiseau de proie, acéré et rodé par le temps et ses déconvenues. Il n'y a pas à dire, sous ses allures de beau dandy, il a l'air d'en cacher d'en secrets, dans son gros sac de sport. Un peu comme elle. Un peu comme tout les vacanciers en contrat indéterminé qui grouillent sur le ponton étroit, comme une foule d'insectes qui menace de les engloutir. Ils sont les seuls à se tenir à l'écart; cajolent-ils les souvenirs de leur passé ou ont-ils seulement peur de ce qui s'ouvrira derrière les portes vitrées du complexe ? Pourquoi était-ce seulement maintenant qu'elle éprouvait le besoin de ruminer ce qui l'avait poussé à atterrir dans cette douce bulle de luxe ? Elle se donne un genre la gamine, pourtant elle n'a plus personne à impressionner, avec un peu de chance, personne ne la reconnaîtra parmi les cafards. Seulement, les habitudes ne se perdent pas ainsi, alors elle entortille une longue mèche de satinée autour d'un doigt fin, sort un miroir et se remet un peu de rouge à lèvres, un nude couleur désert. Elle fait claquer ses lèvres, et le bruit si vulgaire la fait se sentir déjà un petit peu mieux. Le chemin de bois est déjà bondé, tous se pressent en criant et riant pour attraper au vol ce qui sera leur coin de paradis. Elle aurait pu les mépriser, tous, et elle-y compris, étaient des individus moyens, choisis par une force inconnu, sauvés du naufrage de leur vies médiocres par un philanthrope anonyme. Et pourtant, elle aussi, elle aussi mettait de grands espoirs dans cette île à l'autre bout du globe, peut être que Manaloana l'apaiserait avant de l'enivrer.

Dean soupire et se met en marche, il a un côté militaire, vaillant envers et contre tout ( et tous), très marche ou crève, il est sûrement bien plus courageux et déterminé qu'elle. Oui, c'est définitivement le genre de type à n'avoir mis les pieds à sin city que pour fêter l'heureux mariage d'un ami. Certes, Vegas est bruyant, brûlant, une porte ouverte sur un désert désertique.. mais on ne s'y entend ni penser, ni pleurer. Ah oui ? Ton enterrement de vie de garçon ou celui d'un autre ? réplique t-elle, un peu sans gêne, avant de se rendre que cela pouvait être mal interprété. Bon, tant pis. Oui, j'ai bien aimé Vegas.. c'est un bon endroit pour méditer, aussi surprenant que cela puisse paraître. Bon endroit pour éviter ses problèmes, surtout. Mais peu importe. Le duo venait d'arriver devant une jeune femme joviale qui tendit une urne à Dean. Adri se demandait de quoi il retournait alors que son compagnon lui montra, un rictus aux lèvres, un papier sur lequel était écrit " Villa Royale". C'était donc là où il allait crécher. Pas mal. Wahou, l'aventure commence bien pour toi ! Elle plongea sa main dans l'urne, impatiente de découvrir son nouveau logis. Pavillon 201. Pavillon, ça fait très hôpital ou maison de retraite mais ça sonne pas si mal, non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t115-adrianna-galvez-sex-on-the-beach http://beachplease.forumactif.com/t135-adri-autre-espece http://beachplease.forumactif.com/t134-adrianna-galvez-1-945-765-3821 http://beachplease.forumactif.com/t136-adrianna-galvez-adrigalvez
avatar

Spritz me better
◊ Messages : 244
◊ Avatar : Ian Somerhalder
◊ Solde : 387
◊ Âge : 39 balais
◊ Métier, études : Agent Spécial du FBI
◊ Logement : 224. Villa Royale
◊ A savoir : toujours la clope au bec, il fume, enchaînant sans cesse. ◊ sa principale addiction n’est cependant pas la nicotine mais bien la caféine… Les tasses se succèdent sans arrêt dans un ballet sucré presque à l’excès. ◊ il n'a eu aucune relation sérieuse depuis sa séparation. Il ne cherche pas activement et se contente de simples soirées arrosées et mouvementées. ◊ c'est un pied lorsqu'il s'agit de cuisiner et c'est sa spécialité et d'ailleurs de tout laisser brûler pendant qu'il est affalé devant la télé. ◊ profondément gaga devant les chats il a toujours désiré en avoir un avant de se résigner à laisser tomber, métier prenant oblige.
◊ Rencontres : Libre 1Libre 2KarolisAchilleCalypso


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Ven 20 Oct - 18:06

Un enterrement de vie de garçon. Les mots planent quelques temps dans sa tête un peu trop pleine. Il s’en rappelle comme si c’était hier. Toute cette décadence, ce remue-ménage incessant. Il se rappelle de sa fiancée dans un hôtel à quelques mètres de celui où il logeait avec ses amis. Le jour de tout une vie qu’on lui avait dit. Les derniers instants de liberté avant une existence bien rangée. Si seulement il les avait écouté oui. Ce mariage avait été une belle connerie.
« Le mien. » se contente-t-il de répondre, peu désireux de s’étaler plus que nécessaire sur ce pan de son passé. « Je n’y suis pas resté longtemps mais il m’en reste quelques souvenirs. »
Il la regarde et hausse un sourcil à l’entente de ses mots. Méditer ? Hum si c’était une activité qui s’y déroulait en compagnie d’un bon verre de whisky, pourquoi pas ? Autrement, il ne voyait pas de quelle manière on pouvait méditer dans un lieu aussi vivant. Bruyant.
Il se tait et se contente de suivre le mouvement en imitant les passagers précédents. Certains semblent ravis, d’autres dubitatifs. Il comprend vite pourquoi après avoir contemplé son petit morceau de papier. Une villa. C’est si loin de son petit appartement Newyorkais. Bien trop élevé pour son pauvre salaire d’homme de loi. Il est persuadé qu’avec un nom pareil, c’est le genre de logement dont il n’aurait pas pu se payer la nuit même avec un mois de loyer.
« On dirait oui ! M’enfin, attendons de la voir avant de s’emballer. » répliqua-t-il avec un léger sourire. « Qui sait si ce n’est pas en ruines et bourré de mites ? »

Il plaisante et même lui a du mal à y croire. Vu ce qu’il a aperçu du bateau, l’île paraît flambant neuve et à la pointe de la modernité. En tout cas, ça collait déjà plus avec la brochure.
Il jette un coup d’œil à un des membres du personnel et se demande s’il est là de manière permanente ou s’il s’apprête à repartir une fois les passagers débarqués. Après tout, il a bien vu que certains pouvaient être sélectionnés pour aider sans avoir, par la suite, à rendre des services. Une bonne alternative à laquelle le Dean bourré s’était bien abstenu de penser.
Il reporte alors son attention sur Adrianna qui plonge à son tour sa main dans l’urne. Il tente de lire par-dessus son épaule tandis que sa curiosité parfois envahissante refait surface. C’est trop petit pour qu’il puisse lire mais la jeune femme s’empresse de lui dire.
« En effet… » lâche-t-il en riant légèrement. « Tu penses qu’on aura des colocataires ? »
Il avise la porte arrière de la Réception, grande ouverte, ensoleillée et derrière des palmiers dont les feuilles bougent au gré du vent. Un peu comme la fin du tunnel avant son arrivée au Paradis. Ou bien la porte des Enfers.
« Je suppose qu’il n’y a qu’un moyen de le savoir… »
Il la dépasse et s’avance vers la lumière avant d’écarquiller les yeux devant un spectacle qui lui coupe le souffle. C’est beau, c’est ensoleillé, paisible et bien aménagé. Tout ce dont il aurait pu rêver.
« Bienvenue à la maison… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t86-dean-sumners-spritz http://beachplease.forumactif.com/t102-dean-sumners-lonewolf http://beachplease.forumactif.com http://beachplease.forumactif.com/t98-dean-sumners-deansumners#291
avatar

Beach we're here
◊ Messages : 362
◊ Avatar : lauren jauregui
◊ Solde : 514
◊ Âge : vingt cinq ans
◊ Métier, études : ancienne starlette de télé-réalité, chanteuse ratée, militante vegan, influenceuse
◊ Logement : pavillon 201 avec louka et orion
◊ A savoir :
Spoiler:
 

◊ Rencontres : 01. dean 02. orion 03. caesar 04. haze


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   Mer 1 Nov - 23:16

Fou tout ce qu'on peut laisser derrière soi, hein ? Les choses qu'on regrette, qu'on voudrait lâchement effacer. Celles qu'on essaye de recréer, de rattraper, faire comme si elles étaient toujours là. L'être humain est décidément d'un rare pathétique, c'est ce qu'elle se dit Adrianna, le regard porté sur la torpeur qui semble avoir pris possession de Dean Sumners. Alors comme ça, il a fêté sa dernière nuit de liberté à la diabolique Vegas. Adri, elle connait bien l'coin. Elle aime le désert flamboyant qui l'entoure, les néons agressifs, l'opulence outrancière qui flirte avec la précarité ambulante, elle aime cette impression de montagne russe dans les casino. Le ridicule, la vanité de jouer des dollars qu'on a pas, et de n'avoir plus que ses yeux pour pleurer. Elle aime cette ambiance, cette drôle de décadence, ce vol en douceur. Vegas est un carrefour pour les gens déraisonnables, et Adrianna en fait partie. Quoiqu'il en soit, Dean ne semble pas développer le sujet. Sans doute son mariage a t-il été, comme beaucoup, pénible et malheureux. Rien de plus ironique que des gens qui s'aiment et pourtant se déchirent. Et elle sait de quoi elle parle, Adrianna. Creuser des abîmes dans des cœurs battant à 100 à l'heure, elle sait bien le faire. Ravager le sien, elle sait aussi faire. Infâmes sont les joueurs aussi cruels envers les autres qu'avec eux-mêmes. Alors, elle choisit de ne pas répondre. C'est inutile, ça serait forcer vers un chemin que son interlocuteur ne souhaite pas prendre. Peut-être qu'avant, elle aurait insisté. C'est même sûr. Mais n'est-elle pas ici pour faire le vider ? Pour se pousser à l'introspection ?
Pour enterrer définitivement la vieille Adrianna ?

Elle jette un coup d’œil assuré autour d'elle; une masse de gens très moyens qui dévorent du regard les quelques mots inscrits sur ce papier. Pour certains, ils découvrent un logement au delà de leurs espérances, le genre de maison de magazine que l'on ose même pas rêver. Heureux comme des gosses, ils imaginent sans doute déjà les photos qu'ils enverront à leurs amis, à leurs familles, à leurs anciens collègues, comme une claque de réussite dans leurs figures. Dean, lui, semble un peu plus perplexe. J'dois t'avouer que je serais grandement étonnée s'il n'y avait pas un seul traquenard dans cette histoire.. C'est vrai que quand on y repense, ce bout de paradis tombé du ciel, c'est un peu louche. La première personne sensé aurait des soupçons. Mais Adrianna, tout lui avait semblé si simple et évident, quand, dans la rue et désespérée, elle avait griffonné quelques mots sur un formulaire froissé. presque providentiel. Son compagnon s'interroge sur d'éventuels colocataires. Adri, elle doit avouer qu'elle en serait heureuse. La solitude et le silence, c'était pas son fort. Elle aimait savoir qu'il y avait quelqu'un, près d'elle, qui serait là quelque soit le moment. Et puis, c'était toujours un ami de pris, dans ce nouvel endroit où elle ne connaissait personne, à part un brun mystérieux. Je pense que oui.. on est tout de même nombreux et je ne pense pas qu'ils aient construit des maisons pour chaque participant.. Ils n'ont tout de même pas l'air d'avoir la folie des grandeurs. répond t-elle simplement en haussant des épaules. Cette perspective la laisse au final assez indifférente. Des colocs, elle en a eu toute sa vie. Et il s'agissait souvent d'étrangers rencontrés sur craiglist, quand ce n'était pas sa copine du moment ou un cousin un peu trop collant. Le duo sort de la réception, mené par un Dean à la démarche assurée, presque conquérante. Un type qui était là pour en découdre, ça va de soi. Visiblement, il avait mis ses hésitations empoisonnées derrière lui. Peut être devrait-elle en faire de même. Et le paysage qui s'offre à elle la conforte définitivement. Jamais l'expression luxe, calme, et volupté n'a été aussi adéquate. Le cliché d'une île paradisiaque, un club med à l'échelle du quotidien. On est loin de la jungle de Prédator, ça c'est sûr. Wow. Elle laisse échapper un rire presque adorable. J'ai l'impression d'avoir atterri dans une carte postale. Je pense que l'on peut laisser nos suspicions sur le ponton !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t115-adrianna-galvez-sex-on-the-beach http://beachplease.forumactif.com/t135-adri-autre-espece http://beachplease.forumactif.com/t134-adrianna-galvez-1-945-765-3821 http://beachplease.forumactif.com/t136-adrianna-galvez-adrigalvez
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [LIBRE] Brand New World   

Revenir en haut Aller en bas
 
[LIBRE] Brand New World
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» CNN: Food prices rising across the world
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beach Please :: MANAOLANA :: Point d'arrivée :: Ponton abrité-
Sauter vers: