RSS
RSS



 

Partagez|

Caesar ◊ We need to talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
» Messages : 231
» Avatar : Zayn Malik.
» Solde : 437
» Âge : 20 piges.
» Métier, études : Etudiant en Art.
» Logement : Pavillon 201.
» A savoir : les sucreries sont son vice et on peut toujours l'apercevoir une sucette au bec. il a d'ailleurs penser à en remplir son sac quitte à oublier quelques fringues. qui sait si l'île en vend ou est régulièrement approvisionnée ? ◊ l'art est sa passion depuis qu'il est capable de tenir en main un crayon. il n'a jamais été compris par le reste de sa famille aristocratique qui l'a d'ailleurs toujours méprisé lors de nombreux dîners. ◊ cinéphile affirmé il a passé son adolescence dans la salle de cinéma de son quartier. il pouvait y passer des heures, seul ou entouré, dans le noir, les yeux rivés sur cet écran immense. ◊ il a toujours eu une peur bleue des profondeurs, de ce qu'elle renferme et dissimule à ses yeux. la mer l'effraie donc, comble du bonheur pour un idiot qui a décidé de s'exiler sur une île pour le restant de sa vie. ◊ son corps tout entier est couvert de tatouages, une oeuvre d'art si on lui demande, une honte pour sa famille.
» Rencontres : LoukaAlaskaAdriannaCaesar


Cosmos stars


Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t183-orion-galvez-cosmopolitan http://beachplease.forumactif.com/t199-orion-galvez-wings-of-freedom http://beachplease.forumactif.com/t200-orion-galvez-1-438-651-002 http://beachplease.forumactif.com/t201-orion-galvez-constellorion
MessageSujet: Caesar ◊ We need to talk Lun 30 Oct - 11:57

we need to talk
Caesar Delassy & Orion Galvez
Adrianna se confiait rarement à lui, et pourtant. Cette femme, Caesar, il en avait entendu parler oui. Il se rappelait de l’émoi de sa cousine quand tout s’était fini. Cette femme, elle l’avait blessée, elle l’avait meurtrie. Elle lui avait morcelée ce cœur qu’elle avait dans la poitrine et Dieu sait qu’Adri avait du mal à s’ouvrir.
Habituellement il n’était pas le genre de gars à se mêler de ce qui ne le regardait pas mais là, c’était une exception. Quand il l’avait reconnu sur l’île, qu’il avait vu le regard de celle qui constituait à présent son unique famille, il n’avait pu résister. C’est pourquoi il était là, assis dans ce « Salon Lounge », regardant la jeune femme en demandant s’il allait finalement oser l’aborder.
Sa main repoussa les dessins posés devant lui et il se leva pour s’approcher de sa cible. Elle était jolie et il pouvait voir ce qui avait pu séduire sa cousine. Se raclant la gorge, il s’installa sur le fauteuil libre près du sien et la dévisagea. Il avait envie de dire quelque chose mais ce n’était pas dans ses habitudes d’agresser les autres alors il se contenta de se racler la gorge, un air fermé imprimé sur le visage.
« Casear, c’est ça ? » réussit-il à lâcher, la colère prenant le pas sur sa timidité. « J’ai beaucoup entendu parler de toi… C’est fou je ne t’imaginais pas comme ça… »
Il inspira longuement, trouvant du courage et plus de facilité à s’exprimer. Il avait envie de lui dire à cette fille à quel point il la trouvait horrible. Il voulait qu’elle le regarde et qu’elle prenne conscience de ses actes. Il voulait lui dire de ne plus jamais s’approcher d’Adrianna.
« Tu es loin d’être aussi hideuse que ton passé. Dis-moi, ça fait du bien de détruire quelqu’un ? »

PS:
 




WEIRDO
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 147
» Avatar : krysten ritter la fabuleuse.
» Solde : 304
» Âge : 35 ans d'une idylle non réciproque avec la vie.
» Métier, études : agente de presse déterminée mais foireuse.
» Logement : + suite aquatique +
» A savoir : tu t'élances, et ton ombre te rattrape aussitôt.

» Rencontres : disponible pour rp.


Spritz me better


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Lun 30 Oct - 14:27

WE NEED TO TALK
ORION GALVEZ & CAESAR DELASSY
C’était une de ces journées qui t’inspiraient profondément ; autrefois, à la Grande Pomme, t’aurais passé l’après-midi dans un parc, avec ton fidèle chien, à lancer le frisbee en espérant ne pas blesser quelqu’un. Cet ami là te manquait plus qu’aucun humain ; il était mort un soir d’été, fatigué par une maladie chronique que tu avais détesté. Penser à ton chien déclencha en toi une nostalgie complète, qui faisait chavirer ton cœur ; ton inspiration n’en fut que plus grande. Dans ce genre de moments-là, tu écrivais, tu rédigeais tes pensées en les embellissant, sous formes de poèmes. Les vers étaient des lames que tu aiguisais, chaque strophe une blessure que tu créais. Tu aimais te faire du mal, te taillader à écrire ces mots ; après tout, si les jeunes se taillaient les veines, toi tu pouvais bien faire de tes maux une encre si pure que les syllabes défileraient toutes seules sur le papier, non ? Tu étais confortablement installée, en plus, dans ce salon lounge. L’ambiance était chaleureuse, tout était fait pour que tu puisses te détendre. Un vers. « Les roses sont les larmes de ma prose. » Tu étais à fond dedans. Ce n’était pas rare que tu écrives de la poésie. Brusquement, une voix te tira de tes pensées. Une invective empoisonnée qui était faite pour te blesser.
Un jeune homme, face à toi, plutôt pas mal du tout, l’air furieux. Tu consentis à lever les yeux sur lui, ton regard passant de sa tête à ses pieds. « Honey… Te fais pas de mal à chercher tes mots ! Laisse-les venir naturellement. » Il ressemblait à Adrianna. Tu te souvins, les photos dans les cadres, sur les meubles. « Orion, si je me rappelle bien. Un prénom qu’on oublie pas. Tu peux porter l’appellation d’un dieu, sugar, mais ça t’autorise pas à tout. Allez, assieds-toi, et laisse ta haine se déferler sur moi ; la houle se déchaîne mieux quand on est confortablement installé. C’est quoi le souci, exactement ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 231
» Avatar : Zayn Malik.
» Solde : 437
» Âge : 20 piges.
» Métier, études : Etudiant en Art.
» Logement : Pavillon 201.
» A savoir : les sucreries sont son vice et on peut toujours l'apercevoir une sucette au bec. il a d'ailleurs penser à en remplir son sac quitte à oublier quelques fringues. qui sait si l'île en vend ou est régulièrement approvisionnée ? ◊ l'art est sa passion depuis qu'il est capable de tenir en main un crayon. il n'a jamais été compris par le reste de sa famille aristocratique qui l'a d'ailleurs toujours méprisé lors de nombreux dîners. ◊ cinéphile affirmé il a passé son adolescence dans la salle de cinéma de son quartier. il pouvait y passer des heures, seul ou entouré, dans le noir, les yeux rivés sur cet écran immense. ◊ il a toujours eu une peur bleue des profondeurs, de ce qu'elle renferme et dissimule à ses yeux. la mer l'effraie donc, comble du bonheur pour un idiot qui a décidé de s'exiler sur une île pour le restant de sa vie. ◊ son corps tout entier est couvert de tatouages, une oeuvre d'art si on lui demande, une honte pour sa famille.
» Rencontres : LoukaAlaskaAdriannaCaesar


Cosmos stars


Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t183-orion-galvez-cosmopolitan http://beachplease.forumactif.com/t199-orion-galvez-wings-of-freedom http://beachplease.forumactif.com/t200-orion-galvez-1-438-651-002 http://beachplease.forumactif.com/t201-orion-galvez-constellorion
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Sam 4 Nov - 12:34

we need to talk
Caesar Delassy & Orion Galvez
Il l’avait tiré hors de ses pensées et pourtant, elle ne semblait pas réellement agacée. A bien l’entendre elle savait manier les mots tout aussi bien qu’il maniait le fusain. Une artiste, elle aussi ? Peut-être bien même si elle ne lui disait trop rien. Il n’aimait pas les gens comme elle. Il n’aimait pas les personnes confiantes et impudentes qui se pensaient capables de blesser les autres en toute tranquillité.
Après tout, c’était de Adri dont il s’agissait. Sa cousine. La seule qui lui donnait l’impression de ne pas être seul, perdu dans l’immensité de ce monde surpeuplé. Il se força donc à soutenir son regard, gardant un masque glacial qui ne lui correspondait pas. Orion était sensible. Il préférait largement s’assoir sur un toit pour griffonner le paysage plutôt que d’essayer de mener ce combat contre cette Caesar.
« Tu es bien renseignée. » se contenta-t-il de répondre en se raclant la gorge, ne sachant comment réagir face aux paroles de la jeune femme. « L’unique souci ici, c’est Adri. Si tu n’étais pas une fille je t’aurai déjà… »
Quoi ? Giflée, emmenée dehors pour régler ça dans une sorte de corps-à-corps ? Orion ne se battait pas. Ne se battait jamais. Il haïssait la violence et ne faisait que la dépeindre sans pour autant se résigner à y requérir. Il ne savait pas faire ça.
« Je sais ce que tu lui as fait… Tu n’avais aucun droit de faire ça… » enhardi, il se tourna vers elle, laissant ses jambes pendre dans le vide. « Elle a beaucoup de défaut, c’est vrai, mais elle mérite qu’on l’aime vraiment. J’en ai marre des filles dans ton genre qui viennent pour lui foutre le cœur à l’envers ! »
Il inspira, le souffle erratique.
« Si tu lui refais du mal, si tu t’approches à nouveau d’elle… je te jure que femme ou pas, je te fous mon poing dans ton joli visage… »
Il souffla. C’était dit, il avait réussi. Bon, il ne pensait pas être le mec le plus crédible de la pièce mais au moins, c’était fait.

PS:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 147
» Avatar : krysten ritter la fabuleuse.
» Solde : 304
» Âge : 35 ans d'une idylle non réciproque avec la vie.
» Métier, études : agente de presse déterminée mais foireuse.
» Logement : + suite aquatique +
» A savoir : tu t'élances, et ton ombre te rattrape aussitôt.

» Rencontres : disponible pour rp.


Spritz me better


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Sam 4 Nov - 13:21

WE NEED TO TALK
ORION GALVEZ & CAESAR DELASSY
Il te faisait face, tentant presque de te tenir tête. Il avait beau avoir dessiné jusque là, cette fois c’est toi qui esquissais ; un sourire. Tu regardais les quelques vers que tu avais rédigé, mais tu savais que c’était foutu. Le jeune Galvez t’avait tiré hors de ton inspiration et rien à faire, tu éprouverais toutes les difficultés du monde à te replonger dans cette mer qui t’envahissait parfois. Tu hésitais quelques instants ; quel regard lui jeter ? Un peu de pitié, pour qu’il comprenne sa place dans ta hiérarchie ; inexistante ? Ou un peu de fureur, pour lui montrer de quel bois tu te chauffes ? Tu tranchais finalement ; le dédain remplissait tout ton regard quand tu le lui consentis finalement. Le pauvre ne semblait même pas avoir conscience du poison que tu pouvais faire couler ; c’était un jeune homme sensible, à la fibre imaginative, et tu choisis de le titiller un peu là-dessus.
« Oh, sugar, qu’est-ce qu’il se passe donc pour que tu sois si furieux ? T’as cassé ton petit crayon ? Ah, les hommes et leur obnubilation pour leur engin... Mais c’est pas de ma faute ça. » Tu lui lançais toute ta fierté, comme si il s’agissait d’une peinture bien collante et lui une toile vierge ; pas comme Adrianna donc. Tu laissais bien contre toi échapper quelques mots, que tu grommelais. « Pas plus de ma faute d’ailleurs que la rupture avec ta maudite cousine. »
Il s’énervait, trépignait presque sur place ; pour peu, tu l’aurais embrassé sur le front, lui aurais promis un sucre puis l’aurais recouvert de sa couverture. Sleep, baby, sleep. « Ah tiens, tu sais donc ce que moi-même j’ignore ? Sweetie… Ta cousine est loin d’être aussi innocente que tu ne le penses. C’est elle qui m’a quitté, pas moi. Et tout ça pour quoi ? Pour une fucking place à la télévision… Elle vendrait son corps pour ça ! » Un autre sourire écrasant de supériorité.
De fait, il était plutôt mignon, mais il s’essoufflait à te jeter toute sa colère à la figure, et cela le faisait quelque peu rougir. Les regards commençaient à converger vers vous. « Écoute, trésor, déjà tu devrais t’asseoir, parce qu’à t'agiter comme ça, on dirait un gosse de cinq ans et tu perds tout ton charme. Pense à respirer, tu vires au carmin. Secondement, rien ne t’empêche de me frapper là, maintenant ; fais-toi plaisir, Adri te raconte tout, elle a bien dû te dire qu’entre nous c’était… Explosif. Et formidablement violent, hm ? »
Un clin d’œil. Bam. Là, tu le tenais entre tes crocs, et tu n’avais juste qu’à serrer, serrer un petit peu et il exploserait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 231
» Avatar : Zayn Malik.
» Solde : 437
» Âge : 20 piges.
» Métier, études : Etudiant en Art.
» Logement : Pavillon 201.
» A savoir : les sucreries sont son vice et on peut toujours l'apercevoir une sucette au bec. il a d'ailleurs penser à en remplir son sac quitte à oublier quelques fringues. qui sait si l'île en vend ou est régulièrement approvisionnée ? ◊ l'art est sa passion depuis qu'il est capable de tenir en main un crayon. il n'a jamais été compris par le reste de sa famille aristocratique qui l'a d'ailleurs toujours méprisé lors de nombreux dîners. ◊ cinéphile affirmé il a passé son adolescence dans la salle de cinéma de son quartier. il pouvait y passer des heures, seul ou entouré, dans le noir, les yeux rivés sur cet écran immense. ◊ il a toujours eu une peur bleue des profondeurs, de ce qu'elle renferme et dissimule à ses yeux. la mer l'effraie donc, comble du bonheur pour un idiot qui a décidé de s'exiler sur une île pour le restant de sa vie. ◊ son corps tout entier est couvert de tatouages, une oeuvre d'art si on lui demande, une honte pour sa famille.
» Rencontres : LoukaAlaskaAdriannaCaesar


Cosmos stars


Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t183-orion-galvez-cosmopolitan http://beachplease.forumactif.com/t199-orion-galvez-wings-of-freedom http://beachplease.forumactif.com/t200-orion-galvez-1-438-651-002 http://beachplease.forumactif.com/t201-orion-galvez-constellorion
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Sam 11 Nov - 15:28

we need to talk
Caesar Delassy & Orion Galvez
Il n’aimait pas forcément prolonger plus que de nécessaire les confrontations mais là… C’était dur de tourner les talons en conservant le peu de fierté qu’il lui restait. Son père, un homme fier à qui le succès souriait n’avait jamais pu comprendre le désintérêt de son fils en ce qui concernait l’apparence qu’il projetait. Orion se fichait qu’on le considère comme un faible ou un mec dénué de virilité. Il s’aimait bien comme il était. Il se fichait de ce que pensaient ceux qui l’entouraient. Tout ce qu’il voulait, c’était vivre pleinement de son art. Vivre sans barrières, sans frontières. Ne jamais se soucier de ce qui l’attendait le jour d’après. Exister à en crever.
« T’es consciente que les biens matériels n’ont que peu d’importance dans le coin ? Si je casse un crayon il me suffit de demander pour en avoir une centaine. Quant à mon « engin », il ne tient qu’à toi d’en vérifier l’état même si quelque chose me dit que ce serait une expérience fort désagréable pour l’un comme pour l’autre. »
Il pencha la tête sur le côté en se retenant d’étirer une grimace, imaginant la scène se produire dans un endroit pareil. Il tiqua cependant à l’énonciation de sa rupture avec Adrianna et il se retint de dire quoi que ce soit à ce sujet. Il n’était pas assez informé pour se lancer sur ce terrain-là face à quelqu’un qui, de toute évidence, était très éloquent.
« Elle aime peut-être la célébrité mais elle est loin de ressembler à la fille que tu dépeins. Tu ne la connais pas comme je la connais. »
Et c’était vrai. Orion avait grandi aux côtés d’Adri et il connaissait par cœur cette petite fille pleine de vie et d’envies. Elle avait peut-être recherché les feux des projecteurs mais elle n’en restait pas moins une personne fidèle et qui l’aidait toujours à résoudre ses problèmes.
« Tes insinuations sont même carrément déplacées. Elle n’est ni facile ni agressive ! »
Il s’installa sur le siège libre à ses côtés en se retenant de s’empourprer face aux moqueries de la jolie brune. Il avait chaud et n’avait qu’une envie : retrouver le confort et la solitude de sa chambre. Pour autant, il n’en avait pas fini ici.
« En plus tu peux parler… Tu n’as pas l’air d’une sainte-ni-touche tu sais ? Au contraire. » ajouta-t-il en se raclant la gorge.




WEIRDO
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 147
» Avatar : krysten ritter la fabuleuse.
» Solde : 304
» Âge : 35 ans d'une idylle non réciproque avec la vie.
» Métier, études : agente de presse déterminée mais foireuse.
» Logement : + suite aquatique +
» A savoir : tu t'élances, et ton ombre te rattrape aussitôt.

» Rencontres : disponible pour rp.


Spritz me better


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Lun 13 Nov - 18:28

WE NEED TO TALK
ORION GALVEZ & CAESAR DELASSY
Outch ; tu avais sans doute blessé le pauvre bonhomme qu’était ce bel Orion. Orion, la constellation qui fait briller les yeux de milliers de petites filles ; drôle de parallèle avec cet Orion là, qui, lui, avait les yeux brillants d’une petite fille. La rage déformait tout son charme ; c’était dommage, de fait, il était craquant ; s’il n’était pas venu t’agresser, peut-être aurais-tu pu en faire ton quatre-heures… Rien que pour emmerder Adrianna. Elle l’aurait bien cherché après tout, tu ne penses pas ? Et puis l’opportunité était séduisante, l’homme particulièrement beau ; que demandait le peuple ? Non, définitivement, cette colère l’abîmait plus que le dégât des eaux face à l’œuvre de Gustave Doré. Passionnée de tableaux, tu l’étais ; de gamin colérique, jaloux et qui plus est, ignorant, pas du tout. Tu aurais voulu, d’un geste de la main, le renvoyer à ses pâtés dans le bac à sable, mais tu choisis de continuer sur ta lancée, la provocation comme épée.
«  Ou encore, si tu as une âme d’aventurier, tu peux toujours partir dans cette belle forêt et fabriquer ton propre crayon ; mais Ken survivrait-il sans sa dose quotidienne de socialisation ? Quand à ton engin, chéri, crois-moi bien que j’aurais tout donné pour l’admirer comme la Joconde il y a quelques minutes, mais te voir ainsi cramoisi, bouarf, c’est mieux qu’un vaccin. Ne le prends pas contre toi, hein, mais le carmin ne passe pas sur ta belle peau ; n’importe quel peintre digne de ce nom te le dirait. Repasse un soir où les lampadaires sont éteints, peut-être ? Dans l’obscurité, ce fuchsia se dégagera moins.  »
Face à ce déni -ou à cette mauvaise foi ?- dont il faisait preuve, les mots te manquaient ; tiens, il n’était donc peut-être pas au courant de la garce qu’était sa cousine ? «  Honey, je l’ai connu féline, bestiale, amourachée, folle, ivre, joyeuse, et elle a toujours été cette fille-là. C’est ce qui m’attirait de prime abord ; mais elle a privilégié la célébrité à ses amours. C’est la vie ; carpe diem, je m’en moque maintenant.  »
La soudaine agressivité du jeune homme eut au moins le mérite de te provoquer un sourire ; mais où était allée Maman, lorsqu’elle était partie du rayon de bonbons ? Pour peu, il aurait croisé les bras et demandé un dédommagement ; quand à ses remarques sur ta sexualité, elles te firent rire ; tu aimais les humains, tu aimais leur chaleur, leurs jeux de séductions, la chair, tu aimais tout ça, tu aimais la danse valsée de deux corps liés. «  Mais j’assume, little bear. J’assume entièrement mon goût pour le sexe, au contraire de ta cousine.  »


LA VIE N'EST PAS UNE PLAGE. impose-toi !
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 231
» Avatar : Zayn Malik.
» Solde : 437
» Âge : 20 piges.
» Métier, études : Etudiant en Art.
» Logement : Pavillon 201.
» A savoir : les sucreries sont son vice et on peut toujours l'apercevoir une sucette au bec. il a d'ailleurs penser à en remplir son sac quitte à oublier quelques fringues. qui sait si l'île en vend ou est régulièrement approvisionnée ? ◊ l'art est sa passion depuis qu'il est capable de tenir en main un crayon. il n'a jamais été compris par le reste de sa famille aristocratique qui l'a d'ailleurs toujours méprisé lors de nombreux dîners. ◊ cinéphile affirmé il a passé son adolescence dans la salle de cinéma de son quartier. il pouvait y passer des heures, seul ou entouré, dans le noir, les yeux rivés sur cet écran immense. ◊ il a toujours eu une peur bleue des profondeurs, de ce qu'elle renferme et dissimule à ses yeux. la mer l'effraie donc, comble du bonheur pour un idiot qui a décidé de s'exiler sur une île pour le restant de sa vie. ◊ son corps tout entier est couvert de tatouages, une oeuvre d'art si on lui demande, une honte pour sa famille.
» Rencontres : LoukaAlaskaAdriannaCaesar


Cosmos stars


Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t183-orion-galvez-cosmopolitan http://beachplease.forumactif.com/t199-orion-galvez-wings-of-freedom http://beachplease.forumactif.com/t200-orion-galvez-1-438-651-002 http://beachplease.forumactif.com/t201-orion-galvez-constellorion
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Mar 12 Déc - 4:10

we need to talk
Caesar Delassy & Orion Galvez
Abuela lui avait toujours répété qu’une femme, ça se respectait. C’était presque ancré dans leur culture et c’était une ligne de conduite à laquelle il s’était toujours tenu. Il n’avait jamais levé la main sur un individu de sexe féminin. En réalité, il n’avait jamais levé la main sur personne.
Orion avait chéri le peu de femmes qui étaient entrées dans sa vie. Tout d’abord Abuela et ses petits plats, sa présence maternelle et son infinie sagesse. Sa mère, même si elle n’avait jamais pu endosser ce rôle, trop préoccupé par l’avis de son père pour prendre le parti de son fils. Puis, Adrianna. Sa fougueuse cousine qui, la première, avait brisé les codes instaurés par leur famille. Oh, qu’il la chérissait cette fille aux principes et à la moralité parfois douteux. Elle n’était pas la femme la plus parfaite mais, pour lui, elle s’en approchait. Peut-être était-ce pour ça que Caesar l’agaçait aussi prodigieusement. Peut-être était-ce pour ça qu’il mettait tant de cœur à la défendre, chose qu’il n’aurait jamais fait pour lui-même. Orion se fichait de ce qu’on pouvait bien penser de sa timidité, de son attitude renfermée. Il se fichait bien d’être blessé. Qu’on puisse toucher à Adrianna, ça par contre, il ne l’acceptait pas.
« J’en ai rien à faire de sociabiliser avec cette pseudo communauté… » réussit-il à placer avant que la tempête ne s’abatte sur ses pauvres oreilles.
Les mots de Caesar étaient comme des crocs qui se refermaient sur sa peau. Dérangeant, mordant, blessant. Il hésita un instant à battre en retraite. Lui parler d’Adrianna ne semblait lui faire ni chaud ni froid et il ne voyait pas ce qu’un gars comme lui pouvait changer à une relation aussi compliquée. Surtout alors qu’il était lui-même un handicapé des sentiments.
« Donc tu dis que c’est… elle… qui a tout fini, tout plaqué ? » articula-t-il lentement après avoir pris quelques minutes pour mettre de l’ordre dans ses pensées. « C’est Adrianna qui t’a laissé tomber pour la célébrité ? Mais… pourquoi elle aurait fait ça ? »
Il secoua la tête, l’incrédulité étalée sur son visage sculptural. Il savait que sa cousine avait une fâcheuse manie à gâcher son bonheur parce qu’elle se pensait justement incapable de le mériter. C’était le genre de comportement qui l’enrageait mais il avait encore du mal à la faire changer d’avis sur le sujet.
« Je sais qu’elle peut faire des conneries parfois. Qui n’en fait pas ? Mais elle n’est pas aussi mauvaise que tu l’imagines. Elle a vraiment été détruite. Elle ne se l’avouera peut-être pas mais, après toi, ce n’était plus pareil. » avoua-t-il sévèrement.




WEIRDO
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 147
» Avatar : krysten ritter la fabuleuse.
» Solde : 304
» Âge : 35 ans d'une idylle non réciproque avec la vie.
» Métier, études : agente de presse déterminée mais foireuse.
» Logement : + suite aquatique +
» A savoir : tu t'élances, et ton ombre te rattrape aussitôt.

» Rencontres : disponible pour rp.


Spritz me better


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Jeu 4 Jan - 15:49

WE NEED TO TALK
ORION GALVEZ & CAESAR DELASSY
Voir ainsi passer Orion de la plus grande des colères à un apaisement plein de questions t’avait au moins fait sourire ; ce garçon était décidément aussi tourmenté que sa garce de cousine. Et qu’il s’acharne ainsi à défendre l’indéfendable t’émouvait presque. Ah, les latinos et leur obstination pour la famille, à croire qu’elle était toujours pure et parfaite… Toi, tu avais baigné très tôt dans le bain des ordures, ton père ayant été parfois la pire de toutes, que ce soit avec ta mère, ou même avec toi, faisant au début absolument tout pour que tu te foires sur les plateaux, pour que le seul nom Delassy que l’on puisse retenir, ce soit le sien ; Richard Delassy était un enfoiré, un de ces types qui ne pense qu’à lui, qui intervient dans chaque conversation pour ramener son avis alors que personne ne s’en souciait réellement. Combien de fois l’avais-tu vu, aux bals de charité, interrompre ta mère en pleine discussion pour l’envoyer aux cuisines superviser les employés et reprendre le fil de la discussion l’air de rien. Il faut dire qu’Irene Delassy se taisait en face ; mais toi, et toutes ses amies, qu’elle voyait en cachette pour ne pas affoler son macho de mari, vous saviez qu’elle ne vivait que pour l’insulter toujours plus. Lorsque ses talons claquaient dans le sens inverse de ton père, quand il la renvoyait dans sa chambre comme une enfant ou autre, tu l’entendais marmonner des insultes lorsqu’elle passait à côté de toi ; et tu avais envie de rire, mais tu ne voulais pas que ton père surprenne ses injures et que tout lui retombe dessus.

« Tu es finalement moins stupide que tu en as l’air, petit chaton barbu. Bien sûr que c’est elle qui m’a viré. Ta cousine est vénale, je suis désolée que tu ne l’apprenne que maintenant. » Une fausse moue navrée, un haussement des épaules, les mains tendues, comme pour dire ; honey, tu es stupide, mais on te pardonne parce que tu es quand même bien mignon. Au fond tu te disais que c’était tout de même bien dommage qu’il soit le cousin de l’autre Cubaine, car tu en aurais peut-être bien fait ton casse-croûte… Avant de le voir s’énerver s’entend. « Elle l’a fait simplement car elle voulait le succès et qu’être déjà prise lui semblait un boulet pour progresser… Mais non seulement elle a fini seule, mais en plus de ça, elle a foiré son entrée dans le business. »

Ses quelques derniers mots provoquèrent un semblant de réaction interloquée pour toi ; détruite ? Plus pareil après toi ? Tu laissais un rire sardonique glisser hors de tes délicieuses lèvres carmin. « Ce n’était plus pareil car elle s’est rendue compte qu’elle avait tout perdu ; et qu’elle ne retrouverait jamais mieux, s’entend. » Nouveau sourire navré. Tu adorais le faire tourner en bourrique.


LA VIE N'EST PAS UNE PLAGE. impose-toi !
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Messages : 231
» Avatar : Zayn Malik.
» Solde : 437
» Âge : 20 piges.
» Métier, études : Etudiant en Art.
» Logement : Pavillon 201.
» A savoir : les sucreries sont son vice et on peut toujours l'apercevoir une sucette au bec. il a d'ailleurs penser à en remplir son sac quitte à oublier quelques fringues. qui sait si l'île en vend ou est régulièrement approvisionnée ? ◊ l'art est sa passion depuis qu'il est capable de tenir en main un crayon. il n'a jamais été compris par le reste de sa famille aristocratique qui l'a d'ailleurs toujours méprisé lors de nombreux dîners. ◊ cinéphile affirmé il a passé son adolescence dans la salle de cinéma de son quartier. il pouvait y passer des heures, seul ou entouré, dans le noir, les yeux rivés sur cet écran immense. ◊ il a toujours eu une peur bleue des profondeurs, de ce qu'elle renferme et dissimule à ses yeux. la mer l'effraie donc, comble du bonheur pour un idiot qui a décidé de s'exiler sur une île pour le restant de sa vie. ◊ son corps tout entier est couvert de tatouages, une oeuvre d'art si on lui demande, une honte pour sa famille.
» Rencontres : LoukaAlaskaAdriannaCaesar


Cosmos stars


Voir le profil de l'utilisateur http://beachplease.forumactif.com/t183-orion-galvez-cosmopolitan http://beachplease.forumactif.com/t199-orion-galvez-wings-of-freedom http://beachplease.forumactif.com/t200-orion-galvez-1-438-651-002 http://beachplease.forumactif.com/t201-orion-galvez-constellorion
MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk Mar 23 Jan - 19:09

We need to talk
Elle n'avait pas sa langue dans sa poche et, plus elle parlait, plus il avait l'impression de n'être qu'un gosse. Un gosse à qui on apprenait la dure réalité de la vie, un gosse paumé qui pensait détenir les cartes avant que tout ne soit balayé sous ses yeux éberlués. Orion pensait savoir mais, plus il parlait à Caesar, plus il se rendait compte qu'il ignorait décidemment trop de choses sur sa relation avec Adrianna.
Il ignorait trop de choses et pourtant il n'avait pu s'empêcher de s'en mêler. A dire vrai, il était toujours trop impliqué quand il s'agissait de prendre la défense de sa cousine. Comme si elle en avait réellement besoin, elle qui le protégeait plus que l'inverse. Il se contenta donc de s'asseoir, soudainement moins remonté et presque embêté de sa légère crise d'hystérie. Il était bien beau, ainsi, à ne plus trop savoir quoi répliquer. Il enfonça donc ses dents dans sa lèvre inférieure et la dévisagea du coin de l'œil, légèrement anxieux. Il ne pouvait pas se défiler à présent, pas sans avoir des réponses qu'il était déjà sûr de regretter.
" Je ne suis pas… " commença-t-il alors que ses joues s'empourpraient, portant rapidement la main sur sa légère barbe.
Depuis son arrivée sur Manaolana, il s'était rarement rasé, trop préoccupé à profiter du soleil qui semblait insuffler une nouvelle vie à ses croquis. A présent qu'elle le faisait remarquer, il avait presque honte d'être sorti ainsi.
" T'aimes bien rendre les gens mal à l'aise, pas vrai ? " marmonna-t-il en passant une main dans ses cheveux en bataille.

Il fronça cependant les sourcils dans une moue contrariée en l'entendant parler de la carrière télé presque catastrophique de sa cousine. En effet, elle n'avait pas su gérer mais Orion ne serait même pas capable de faire le quart de ce que Adrianna avait accompli. Elle avait au moins tenté sa chance et il l'admirait toujours autant pour ça. Une source d'inspiration qui lui avait permis de se battre pour ses rêves.
" On fait tous des erreurs, non ? C'est le propre de l'espèce humaine… Personne n'est parfait et c'est peut-être même mieux comme ça. Se tromper nous permet d'évoluer, de s'améliorer… " lâcha-t-il, les yeux perdus dans ses doigts jouant sur la table.
Sa mâchoire se contracta légèrement quand elle lui fit comprendre qu'elle était essentielle au bonheur de Adrianna et bien fier qu'elle paie à présent les pots cassés pour cette vieille histoire du passé. Il tourna alors la tête vers elle et lui lança un regard inquisiteur.
" A ce que je vois tu es seule, toi aussi… Peut-être qu'elle n'est pas la seule qui aurait besoin d'une remise en question, non ? "




WEIRDO
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Caesar ◊ We need to talk

Revenir en haut Aller en bas

Caesar ◊ We need to talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» HAIL CAESAR
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Hail Caesar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beach Please :: MANAOLANA :: Coins détente :: Salon Lounge-